Comment la fabrication locale résoudra les problèmes d’approvisionnement mondial

ChopValue

Quiconque a acheté quelque chose depuis la pandémie a probablement dû payer plus cher et attendre plus longtemps ; les problèmes de chaîne d’approvisionnement ont tourmenté les clients, les détaillants et les fabricants dans tous les secteurs. Ces difficultés ont commencé par l’arrêt de la production dans les usines à l’étranger en raison de pannes ou de lockdowns du COVID-19. Cette interruption a entraîné une forte baisse de l’approvisionnement en produits dans une chaîne d’approvisionnement mondiale par ailleurs bien huilée. Si la fin de la pandémie semble parfois à portée de main, il n’en va pas de même pour le retour à un flux régulier de produits. L’annonce de fermetures supplémentaires en Chine, alors que le pays lutte contre le COVID-19, fait craindre que le problème ne s’aggrave avant de s’améliorer.

Non pas que nous ayons une boule de cristal ou quoi que ce soit, mais ChopValue a anticipé des problèmes d’approvisionnement aussi étendus si une seule chaîne du maillon venait à se rompre. Notre rapport 2019 sur l’impact urbain prévoyait qu’« un manque dans [les chaînes d’approvisionnement mondialisées] peut provoquer l’arrêt de tout le système. » Cela vous semble familier ? Nous avons écrit ceci pour soutenir l’alternative — la fabrication locale. De notre point de vue, la fabrication locale peut contourner les problèmes d’approvisionnement mondial tout en ajoutant les avantages suivants :

  1. Moins de déchets. Ce que nous avons appelé « récolte urbaine » nous permet de nous approvisionner en matières premières auprès de nos communautés locales. En récoltant ces déchets, nous réduisons la quantité de matériaux mis en décharge.
  2. Moins d’émissions. Sans avoir à nous approvisionner en matériaux à l’étranger, et en vendant nos produits à des clients aussi locaux que possible, nous réduisons la distance parcourue par les marchandises, ce qui réduit leur empreinte carbone.
  3. Des emplois locaux. La production de biens à l’étranger a déstabilisé les marchés de l’emploi pendant des décennies et a contraint les personnes souhaitant travailler de leurs mains à adopter un clavier à la place. Nous voulons contribuer au retour de l’artisanat local et donner aux gens la possibilité de gagner leur vie de manière équitable en utilisant leurs mains.

Ne vous méprenez pas, nous aimons la mondialisation. Toutefois, nous aspirons à mondialiser les idées plutôt que les matériaux et les produits. Grâce à notre vision d’établir un réseau mondial de micro-usines, nous pouvons produire des écosystèmes de relations solides entre les partenaires locaux (restaurants, détaillants, clients) tout en répondant à la demande mondiale.

Maintenant, nous savons ce que vous pensez. La dernière fois que vous avez consulté la carte de ChopValue, vous n’avez pas vu assez d’usines pour croire que nous produisons localement et mondialement. Et vous avez raison, nous n’en sommes pas encore là. Mais au cours des deux dernières années, nous sommes passés de notre micro-usine initiale à Vancouver à 60 sites en développement en Amérique du Nord, en Asie et en Europe, et bien d’autres encore en 2022. Si nous pouvons y parvenir pendant une pandémie mondiale, nous sommes convaincus que notre vision continuera à prendre vie dans le monde post-COVID.

Vous aimerez peut-être aussi