D’un océan à l’autre

Grace Tatigian

J’aime faire défiler Instagram pour trouver de l’inspiration pour des articles ; c’est un excellent moyen de voir ce qui existe et ce dont les gens sont fiers. C’est exactement là que j’ai trouvé Matt Webb et son entreprise Coastal Bark Woodworking. Basé à Halifax, en Nouvelle-Écosse, une chose qui a attiré mon attention est la liste de ses spécialisations : meubles sur mesure, finitions, et intérieurs marins.

La spécialisation de l’intérieur marin a attiré mon attention parce que ce n’est pas une compétence courante. Originaire de Brisbane, en Australie, M. Webb est un ébéniste de formation qui a une grande expérience du travail sur les bateaux.

« Ce qui est intéressant dans le travail sur les bateaux, c’est qu’il n’y a pas d’angles droits, » explique M. Webb. « C’est vraiment du travail de bois fin ».

Il a effectué de nombreux travaux sur des bateaux de plaisance, des yachts et même des superyachts, jusqu’à des bateaux de 100 pieds. Aucun de ces bateaux haut de gamme ne se ressemble. M. Webb trouve qu’il aime vraiment les détails qu’exige le travail sur ces navires. 

Après avoir déménagé en Nouvelle-Écosse en 2008, il a mis à profit ses connaissances et son expérience pour se joindre à une entreprise locale en tant que fabricant d’armoires de cuisine. Bien qu’il se soit concentré sur les ventes pour une autre entreprise ces dernières années, il n’a pas pu s’éloigner complètement du travail du bois. Il passait la plupart de son temps à faire des petits boulots pour un ami ou à travailler sur un projet personnel pour sa maison.

Webb n’a commencé à travailler sur Coastal Bark Woodworking qu’en février de cette année, en tant que projet secondaire, mais il trouve que cela prend de plus en plus de son temps. À tel point qu’il a eu besoin d’un nouvel atelier.

« Je travaillais dans mon sous-sol, mais j’ai commencé à construire un atelier dans l’arrière-cour, » m’a-t-il dit. Depuis notre conversation, l’atelier est presque terminé. « C’est un peu plus petit que ce que j’avais prévu à cause d’un ruisseau sur la propriété, mais c’est plus grand que le sous-sol ! ».

Il a fallu quelques mois, mais M. Webb a commencé à utiliser l’atelier au soleil avant même qu’il ait un toit, faisant bon usage de son nouvel espace pour travailler sur l’atelier lui-même, ainsi que sur quelques autres projets.

« J’ai fait un peu de tout, des escaliers, des travaux de placage, des meubles solides sur mesure, et je me suis mis à l’époxy, » a déclaré M. Webb. « En ce moment, j’ai quelques projets en cours. Je travaille sur des colonnes, je rénove une maison centenaire et je fabrique la barre d’un yacht. »

Ce dernier projet le rapproche de ses objectifs.

« À terme, j’aimerais revenir aux intérieurs marins, » m’a-t-il dit. « Me concentrer là-dessus dans mon entreprise. »

Les clients lui manqueront certainement pas dans le terrain de jeu océanique autoproclamé du Canada. Environ 13 millions de Canadiens font du nautisme chaque année, dont 2,3 millions possèdent un bateau. La Nouvelle-Écosse est presque entièrement entourée d’eau ; parsemée d’innombrables bras de mer, criques, et ports, la côte s’étend sur plus de 13 300 kilomètres, ce qui rend la navigation de plaisance très populaire.

À elle seule, la marina du front de mer d’Halifax offre de nombreux emplacements d’amarrage sur plus de 1,5 kilomètre d’espace d’amarrage public, offrant plus de 732 mètres de quais flottants. Avec six autres clubs nautiques et marinas dans la seule région d’Halifax, c’est un haut lieu du sport et un excellent endroit pour que M. Webb s’installe.

Vous aimerez peut-être aussi