La nouvelle politique forestière met l’environnement en premier plan

La Colombie-Britannique a présenté une loi qui fera en sorte que l’approche de la Colombie-Britannique à l’égard des forêts soit davantage axée sur la durabilité, qu’elle procure plus d’avantages aux gens et aux collectivités locales et qu’elle permette à la province de tirer pleinement parti des possibilités économiques futures grâce à une planification à long terme.

Les modifications à la Forest and Range Practices Act, présentées le mercredi 20 octobre 2021 par Katrine Conroy, ministre des Forêts, des Terres, des Opérations en ressources naturelles et du Développement rural, s’appuient sur la vision du gouvernement quant à la façon dont la Colombie-Britannique prend soin de ses forêts. Cette législation complète le travail en cours pour préserver les vieilles forêts et soutient une gestion plus intelligente des forêts, en veillant à ce que les avantages publics soient la priorité.

« Les politiques forestières — mises en place il y a deux décennies — ont limité notre capacité à lutter contre le changement climatique, à protéger les forêts anciennes et à partager les avantages avec les communautés autochtones et locales, » a déclaré M. Conroy. « En augmentant le contrôle public entre le gouvernement et les Premières Nations, nous nous engageons à gérer plus intelligemment nos forêts en donnant la priorité aux avantages et à l’engagement du public aujourd’hui et à l’avenir. »

En juin 2021, le gouvernement a publié sa vision de la façon dont il prend soin de ses forêts. Une fois mise en œuvre, cette vision permettra de créer des emplois, de soutenir des écosystèmes forestiers plus sains et de tirer une plus grande valeur des forêts de la province grâce à trois principes directeurs : une participation accrue du secteur, une intendance et une durabilité améliorées, et un contrat social renforcé pour accroître la surveillance publique.

Les changements législatifs introduits rapprochent cette vision de la réalité en augmentant le contrôle local et en donnant la priorité à la santé des forêts. Un élément clé de cette démarche consistera à remplacer, au fil du temps, les plans d’intendance des forêts, qui sont actuellement élaborés par le secteur, par des plans de paysage forestier. Cela permettra de mieux prendre en compte les valeurs écologiques et culturelles, en plus des valeurs du bois.

Grâce à l’élaboration de plans de paysage forestier, les modifications créeront de nouvelles possibilités de prise de décision partagée entre le gouvernement et les Premières Nations. Cela s’aligne sur les engagements du gouvernement à mettre en œuvre la loi sur la déclaration des droits des peuples autochtones adoptée en 2019.

Les Premières Nations, les communautés et le public auront plus d’occasions de consulter et de commenter les plans d’exploitation du secteur forestier, ce qui augmentera la confiance du public, et la participation aux décisions de gestion forestière.

Les changements amélioreront également les efforts d’atténuation du changement climatique en permettant au forestier en chef de fixer des normes de chargement pour la replantation et de réduire le risque d’incendie de forêt en créant des zones tampons sauvages entre les communautés et les forêts.

Les nouveaux éléments de la législation sont les suivants :

  • remodeler le cadre de gestion des forêts de la Colombie-Britannique en repositionnant le gouvernement comme gestionnaire des terres ;
  • réaffirmer l’intérêt public dans la gestion des forêts ;
  • doter les gestionnaires des terres d’outils appropriés pour établir des forêts résiliantes ;
  • favoriser la réconciliation avec les Premières Nations grâce à des changements qui autorisent le gouvernement à établir des plans à l’échelle du paysage en collaboration avec les Premières Nations.

Les changements apportés à la loi s’appuient sur les modifications apportées en 2019 et répondent aux commentaires et analyses reçus au cours de la dernière décennie de la part des Premières Nations, du Forest Practices Board, de l’industrie forestière, de l’Union des municipalités de la Colombie-Britannique et d’autres intervenants. Les modifications apportées à la loi sur les forêts, attendu cet automne, soutiendront l’industrie et les titulaires de permis forestiers autochtones et feront évoluer la gestion forestière en Colombie-Britannique.

La Forest and Range Practices Act régit la façon dont les pratiques et les activités forestières et de parcours sont menées sur les terres publiques et est entrée en vigueur en 2004. Les changements proposés entreront en vigueur par le biais d’un règlement attendu au cours de l’année prochaine.

Vous aimerez peut-être aussi