L’avenir des salons professionnels

Grace Tatigian

Je ne vais pas mentir : écrire l’article sur les événements pour chaque magazine est la partie la plus difficile de mon emploi. J’ai commencé dans ce secteur il y a environ un an, ce qui signifie que je n’ai pas encore eu l’occasion de me rendre à un véritable salon professionnel à cause du COVID. Heureusement, j’ai des collègues et des contacts fantastiques qui peuvent m’aider et me guider dans la rédaction d’articles qui, je l’espère, seront instructifs et intéressants et ne se contenteront pas de répéter des informations que vous pouvez trouver sur le site web de l’événement. Mais ce n’est qu’une partie de la raison pour laquelle je trouve difficile d’écrire ces articles. Il y a un problème d’éthique lorsqu’il s’agit d’écrire sur ces événements dans le climat actuel. 

Je comprends l’importance des salons professionnels pour l’industrie du bois. Dans chaque article sur un événement, je m’efforce de souligner pourquoi ces salons sont essentiels pour les exposants et les participants, mais je me demande si les avantages commerciaux de ces salons l’emportent sur les risques pour la santé. J’ai du mal à écrire des articles enthousiastes sur des salons qui se déroulent dans des endroits où les masques ne sont pas obligatoires, où les niveaux de vaccination sont faibles et où l’attitude est au laisser-faire vis-à-vis de la pandémie en général. Vivant sur une île où le taux de vaccination est de 94 %, voyager n’importe où me semble un risque inutile.

J’ai commencé mon éditorial d’automne en disant que j’étais enthousiaste à l’idée que tout recommence et que je me rendrais à WMS dans quelques semaines. Juste après la mise sous presse, la WMS a été reportée et finalement annulée à cause d’Omicron. Maintenant que le printemps est à nos portes, les chiffres semblent diminuer et plusieurs gouvernements provinciaux ont annoncé leur intention d’assouplir les restrictions. Espérons que cela signifie que nous aurons bientôt l’occasion de retourner sur le plancher d’exposition, en toute sécurité.

Regardons les choses en face, beaucoup de gens dans notre industrie sont de la vieille école. Nous publions tant d’articles sur les innovateurs et les pionniers parce qu’ils sont l’exception et non la règle. Les travailleurs du bois aiment aller sur le terrain, serrer des mains et se faire connaître. Notre secteur a besoin de salons professionnels. Nous voulons voir les nouveaux équipements en action et toucher les derniers produits. Les relations se nouent sur le salon et en dehors, en mettant des visages sur des noms et en partageant des histoires. Il est beaucoup plus intéressant de se rendre à un salon et de passer quelques jours à s’en imprégner que d’essayer d’apprendre à utiliser une nouvelle plate-forme et à résoudre des problèmes techniques en restant assis devant un ordinateur. 

Les verdicts sur les salons virtuels sont mitigés. Si les conférences et les sessions de formation ont connu un grand succès, l’engagement des participants est généralement plus faible pour les salons professionnels virtuels. Oui, c’est moins cher pour les exposants, mais s’ils n’atteignent pas les participants de la même manière, cela en vaut-il la peine ? On en revient toujours à considérer le retour sur investissement, même si cet investissement est plus faible.

Statista montre que le marché des salons professionnels aux États-Unis valait 15,58 milliards USD en 2019 et s’est effondré à 5,6 milliards en 2020. À la mi-2021, il était prévu qu’il rebondisse à 14,5 milliards de dollars en 2024, ce qui est une nouvelle fantastique pour nous.

Ne vous méprenez pas, je constate que les organisateurs de salons professionnels ont fait beaucoup d’efforts pour rendre les événements plus sûrs et plus accessibles au cours des deux dernières années — des pavillons de sécurité aux plateformes hybrides. Cela nous a permis de continuer à avoir accès à ces événements tout au long de la pandémie, même si ce n’était pas tout à fait la même chose. Mais je dois dire que j’ai hâte de me rendre sur un salon et de rencontrer nos lecteurs en personne.

Vous aimerez peut-être aussi