Le Québec s’attaque aux pénuries de main-d’œuvre

Jane Deeks

Au moment où le Canada et tous les pays du monde réagissent à la pandémie, les principaux secteurs de l’économie continuent de nécessiter davantage de travailleurs pour se doter d’une main-d’œuvre solide. Cette situation est particulièrement vraie au Québec, où la province continue de faire face à des défis de longue date en matière de recrutement de main‑d’œuvre.

La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough, a souligné aujourd’hui les progrès importants réalisés pour mettre en œuvre le projet pilote mené avec le gouvernement du Québec. Ces progrès comprennent l’augmentation du nombre maximal de travailleurs étrangers temporaires que les employeurs de secteurs précis (désignés par le Québec) peuvent embaucher pour doter des postes à faible salaire. À compter d’aujourd’hui, ces employeurs peuvent embaucher jusqu’à 20 % de travailleurs (soit une augmentation de 10 % pour la majorité d’entre eux).

« Une main‑d’œuvre solide est un élément essentiel de la reprise économique et de la croissance à long terme du Canada, » dit Mme Qualtrough. « C’est pourquoi notre gouvernement met à jour le Programme des travailleurs étrangers temporaires pour aider à combler immédiatement les pénuries de main‑d’œuvre au Québec. Nous travaillerons toujours en étroite collaboration avec les provinces et les territoires pour répondre aux besoins des employeurs partout au pays. »

Cette annonce s’appuie également sur les assouplissements apportés aux exigences existantes en matière d’annonce de postes et de recrutement pour certaines professions en demande (désignées par le Québec), qui ont été mis en œuvre le 6 décembre 2021.

Les professions et les secteurs choisis par le Québec pour ces mesures pilotes ont été sélectionnés à la suite de consultations avec des acteurs du marché du travail appartenant à la Commission des partenaires du marché du travail. Cette démarche a été entreprise afin que les mesures dans le cadre de ce projet pilote reflètent les besoins du marché du travail de la province et ne supplantent pas les possibilités d’emploi pour les travailleurs canadiens.

En consultation avec les partenaires du marché du travail québécois, les gouvernements du Canada et du Québec allongeront au cours des prochains mois la liste des professions pour lesquelles il existe un processus d’embauche simplifié de travailleurs étrangers temporaires. La mesure s’applique aux entreprises de neuf secteurs spécifiques identifiés par le Québec, dont la fabrication de produits en bois.

Annoncé pour la première fois le 6 août 2021, ce projet pilote devait se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2023. Le 30 novembre 2021, le gouvernement du Canada a accepté de prolonger le programme jusqu’au 31 décembre 2024. Lorsqu’il prendra fin, le gouvernement du Canada évaluera les résultats et ses conclusions étayeront ses futures décisions.

Parallèlement au lancement de ces nouvelles mesures pilotes, Emplois et Développements sociaux Canada (EDSC) s’efforce également de reconstruire le régime de conformité du Programme des travailleurs étrangers temporaires afin de mieux protéger ces derniers à l’avenir. Parmi les activités en cours visant à renforcer l’approche fondée sur le risque adoptée par EDSC pour cibler les employeurs à risque élevé figurent les suivantes :

  • améliorer les outils d’inspection des travailleurs étrangers temporaires et la formation obligatoire afin de renforcer la qualité et la rapidité des inspections ;
  • continuer à tirer parti de son service de ligne de dénonciation, qui permet aux travailleurs de signaler toute situation de mauvais traitements ou d’utilisation abusive du programme de manière confidentielle ;
  • continuer à sensibiliser les employeurs à leurs obligations afin de les inciter à respecter les conditions du Programme des travailleurs étrangers temporaires ;
  • développer le service de guide expert auprès des consulats, ce qui aide EDSC à cerner les problèmes qui nécessitent une attention immédiate.

Jane Deeks est la directrice des communications du cabinet du ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées à Emploi et Développement social Canada.

Vous aimerez peut-être aussi