Les perspectives des entreprises rurales, T1 2022

Andrew Balcom and Anne Munro 

En janvier 2022, l’inflation au Canada a grimpé à plus de 5 % pour la première fois en plus de 30 ans. Le nombre total d’heures travaillées a diminué de 2,2 % après s’être maintenu aux niveaux observés avant la pandémie de COVID-19 au cours des deux mois précédents, au moment où les entreprises devaient faire face à l’imposition de nouvelles restrictions liées à l’émergence du variant Omicron. Le produit intérieur brut (PIB) réel a continué de croître : il a augmenté de 1,6 % au quatrième trimestre, après une hausse de 1,3 % enregistrée au trimestre précédent.

La mesure dans laquelle ces conditions changeantes ont touché les entreprises variait selon leur région et leur industrie. L’Enquête canadienne sur la situation des entreprises (ECSE) fournit des renseignements détaillés sur l’environnement dans lequel les entreprises mènent actuellement leurs activités ainsi que sur leurs attentes pour l’avenir. Cette analyse porte sur les entreprises des régions rurales et repose sur les résultats de l’ECSE du premier trimestre de 2022, menée du 4 janvier au 7 février 2022.

Les obstacles à court terme les plus souvent attendus parmi les entreprises rurales étaient l’augmentation du coût des intrants (56 %), le coût des assurances (42,2 %), les coûts liés au transport (39,4 %) et le recrutement d’employés qualifiés (38 %).

Parmi les entreprises rurales qui s’attendaient à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement, 71,9 % ont indiqué que ces difficultés s’étaient aggravées au cours des trois derniers mois, et 58,4 % s’attendaient à ce que ces défis persistent pendant six mois ou plus. Les stratégies les plus couramment adoptées par les entreprises rurales pour relever les défis liés à la chaîne d’approvisionnement étaient la recherche d’autres sources d’approvisionnement (63,6 %), le maintien de stocks plus élevés (50,4 %), l’augmentation des communications avec les fournisseurs ou les grossistes (49,8 %) et la surveillance des problèmes liés aux intrants, aux produits ou aux fournitures essentiels (49,7 %).

Parmi les entreprises rurales, les plans de recrutement, de maintien en poste et de formation les plus souvent mentionnés pour les 12 prochains mois comportaient les éléments suivants : l’augmentation des salaires offerts aux employés actuels (43,4 %), l’augmentation des salaires offerts aux nouveaux employés (22,6 %) et l’offre d’un horaire de travail flexible (22,3 %).

Plus de la moitié des entreprises rurales s’attendent à ce que l’augmentation du coût des intrants constitue un obstacle dans un proche avenir.

Même si les consommateurs peuvent constater une augmentation du prix de l’essence ou de l’épicerie, les entreprises peuvent également connaître une augmentation des dépenses d’entreprise. L’augmentation du coût des intrants représentait l’obstacle à court terme le plus souvent attendu par les entreprises rurales pour un cinquième trimestre consécutif : 49,4 % des entreprises l’avaient déclaré au quatrième trimestre de 2021, comparativement à 56 % des entreprises au premier trimestre de 2022. L’augmentation du coût des intrants a également constitué l’obstacle à court terme pour les entreprises urbaines le plus fréquemment cité au premier trimestre de 2022 (soit un taux de 49 %), en hausse de 8 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent.

Vous aimerez peut-être aussi