L’état de l’industrie des cuisines

Robert Isler

Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les difficultés d’approvisionnement et les hausses de prix exagérées ont touché pratiquement toutes les gammes de produits utilisées dans l’industrie de la cuisine et de la salle de bain, mais aucune n’est plus importante que les armoires.

Commençons par un bref historique du bois d’œuvre pour comprendre comment nous en sommes arrivés là. Au début de la pandémie, les scieries de bois dur et de bois tendre ont réduit leur production ou ont carrément fermé leurs portes en prévision d’un ralentissement de l’activité ou d’un maintien des commandes à domicile. Alors que l’offre diminuait, la demande a commencé à augmenter régulièrement. Une confluence de facteurs en est la cause, notamment une augmentation du bricolage liée à la pandémie, un marché de l’immobilier qui a dépassé les attentes et un plus grand désir de remodeler en raison de la forte augmentation du temps passé à la maison. Selon la Kitchen Cabinet Manufacturers Association, les ventes d’armoires ont été soutenues, avec une hausse de 15 % en 2021 par rapport à 2020.

Le déséquilibre entre l’offre et la demande a entraîné une hausse significative des prix des bois durs, affectant les bois d’armoire populaires tels que le chêne, l’érable, le caryer et le cerisier. Heureusement, le seul bois tendre d’ébénisterie qui se classe dans ce groupe est le pin, car les prix des bois tendres ont crevé le plafond, atteignant un sommet historique de 1515 $ par millier de pieds carrés à la fin mai 2021, soit près de 400 % au-dessus des niveaux d’avant la pandémie. Depuis, ils ont baissé de manière significative, les fournisseurs ayant augmenté leur production. C’est l’histoire de l’inflation des coûts, mais alors que les prix commencent à se stabiliser, il reste des défis importants à relever pour acquérir des produits.

Par conséquent, les concepteurs se démènent pour trouver des produits partout où ils peuvent en trouver. Selon le rapport Q1 NKBA /John Burns Kitchen & Bath Market Index (KBMI), l’époque de la fidélité aux marques est révolue. Lorsqu’on a demandé aux concepteurs quelles catégories de produits ils utilisaient des marques qu’ils n’avaient pas essayées dans le passé, 22 % ont répondu les armoires, soit plus du double des catégories suivantes, les réfrigérateurs et les robinets, à 10 % chacune. La rareté des produits et les pénuries de certains types de bois ont fait des ravages.

Près de deux concepteurs sur trois ont déclaré qu’ils misaient sur de nouvelles marques en raison des meilleurs délais de livraison et de la disponibilité. Si près de la moitié d’entre eux envisagent de revenir un jour à leurs marques historiques, beaucoup ne sont pas sûrs. Les armoires sont la principale catégorie remplacée dans chacun des quatre segments industriels de la cuisine et de la salle de bains : fabrication, construction, vente au détail et conception.

Un designer a déclaré : « Il faut plus de 20 semaines pour obtenir des armoires. C’est la troisième ligne d’armoires différente que j’ai essayée ». Un autre a fait remarquer : « Les délais de livraison des armoires restent de trois à quatre mois, au minimum, et nous avons subi de multiples augmentations de prix avec quatre lignes différentes que nous proposons. » Dans cette quête de marques de substitution, les armoires et les réfrigérateurs ont été identifiés comme les lignes de produits les plus difficiles à trouver, chacune étant notée par plus de 60 % des répondants. Un répondant a proposé la solution d’augmenter l’espace de stockage afin que les armoires et les appareils puissent être commandés des mois à l’avance.

Éventuellement, l’offre et la demande d’armoires s’harmoniseront davantage lorsque les prix du bois d’œuvre se stabiliseront et que le marché de l’habitation se refroidira. D’ici là, la flexibilité et la créativité seront à l’honneur, car les professionnels du secteur feront tout ce qu’il faut pour répondre aux besoins de leurs clients.

Robert Isler est analyste des études de marché à la National Kitchen & Bath Association. Il élabore des analyses macroéconomiques et des enquêtes sur l’industrie pour près de 14 000 entreprises membres composées de fabricants, de concepteurs, de propriétaires de salles d’exposition et de spécialistes de toute l’Amérique du Nord. Il diffuse également des rapports sur les tendances actuelles et anticipées au sein de l’industrie de la cuisine et de la salle de bains, qui représente 158 milliards de dollars.

Vous aimerez peut-être aussi