L’inflation et les pénuries de main-d’œuvre restent élevées pour les fabricants

Jane Taber

Statistique Canada a publié deux chiffres économiques de référence, qui montrent que l’inflation a légèrement diminué ce mois-ci, passant de 7,6 % à 7 %. Parallèlement, les pénuries de main-d’œuvre dans le secteur manufacturier ont atteint un autre record, soit 85 870 au deuxième trimestre, contre 85 480 au premier trimestre. Ces chiffres surviennent alors que l’économie canadienne peine encore à se remettre de la pandémie de coronavirus et que l’on prévoit une légère récession en 2023.

« Les chiffres d’aujourd’hui nous montrent qu’il reste beaucoup de travail à faire pour remédier à ces chiffres troublants, et ce travail doit être fait dès maintenant », a déclaré Dennis Darby, président et chef de la direction de MEC. « Bien que ces chiffres montrent que les actions de la Banque du Canada en augmentant les taux d’intérêt aident, les fabricants ont besoin de plus d’aide, et ils en ont besoin maintenant. »

MEC a demandé au gouvernement de s’attaquer à quatre priorités clés pour aider les fabricants canadiens.

  • Corriger les perturbations de la chaîne d’approvisionnement
  • Adopter des mesures efficaces pour stimuler l’investissement des entreprises
  • Une stratégie pour soutenir les petites et moyennes entreprises dans leur transition vers des émissions nettes nulles.
  • S’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre

Le gouvernement doit faire davantage pour régler le problème de la pénurie de main-d’œuvre. Dans une enquête menée par MEC auprès de ses membres en novembre, les fabricants ont identifié cette question comme un problème majeur pour eux. Pour y remédier, MEC fait depuis longtemps pression en faveur d’une immigration accrue, notamment en augmentant la classe économique des immigrants.

L’enquête a également indiqué que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement constituaient le principal défi des fabricants alors que le pays se remet de la pandémie. Le rapport reconnaît également que les pénuries sont plus courantes dans les postes de main-d’œuvre générale et de production qualifiées, comme les soudeurs et les machinistes. Par conséquent, 42 % des fabricants canadiens ont soit payé des pénalités, soit perdu du travail en raison de pénuries de main-d’œuvre. Ces problèmes entravent la capacité du secteur à répondre à la demande et à livrer des produits à ses clients.

En plus de relever les défis liés aux pénuries de main-d’œuvre et aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement, MEC demande au gouvernement de créer un environnement plus favorable aux investissements des entreprises. Sa quatrième priorité est que le gouvernement articule des stratégies pour soutenir les fabricants, dont la plupart sont des petites et moyennes entreprises, dans leur transition vers des émissions nettes nulles.

« Ce sont nos principales priorités pour le gouvernement », a déclaré M. Darby. « Si nous n’agissons pas maintenant, sans stratégie ni plan, les fabricants canadiens prendront du retard sur la scène mondiale, ce qui entraînera encore plus notre économie alors que nous essayons de nous remettre de la pandémie de deux ans. »

Vous aimerez peut-être aussi