Naviguer à travers la crise : Comment le transport maritime mondial fait face aux tempêtes géopolitiques

Selon La Presse, le début de 2024 a présenté des défis significatifs pour le commerce maritime international. L’industrie fait face à une lutte difficile en raison des attaques des rebelles houthis dans la mer Rouge, entraînant une forte augmentation des taux de fret et les débuts de la désorganisation des chaînes logistiques. En réponse, les grandes compagnies maritimes internationales ont dérouté leurs navires pour éviter le canal de Suez, traditionnellement un conduit pour 12 % du commerce mondial, optant à la place pour la route plus longue via le cap de Bonne-Espérance. Ce changement ajoute en moyenne de 10 à 20 jours au voyage entre l’Asie et l’Europe, comme le souligne Arthur Barillas, le directeur général d’Ovrsea.

L’impact financier de ces déroutements a été marqué, avec des compagnies comme CMA-CGM et MSC doublant le prix de l’envoi d’un conteneur de 40 pieds entre l’Asie et la Méditerranée. Cette flambée des prix est une conséquence directe des attaques des rebelles houthis, des actions de représailles pour les bombardements israéliens sur Gaza, qui ont précipité cette crise aux côtés de la forte demande pour les services de transport avant le Nouvel An chinois.

Malgré les taux de fret presque doublés, rappelant les hausses de prix pendant la pandémie de COVID-19, toutes les entreprises ne sont pas affectées de manière égale. Niels Rasmussen, un analyste en chef pour BIMCO, souligne que la plupart des entreprises ont des contrats à long terme qui les protègent des augmentations les plus extrêmes, avec une hausse moyenne des prix de 15 à 20 % pour les envois de la Chine vers l’Europe et la Méditerranée.

De plus, l’industrie est également aux prises avec une pénurie de conteneurs en Asie, exacerbée par les temps de voyage plus longs. Cependant, il est rapporté que les entreprises sont mieux équipées pour gérer ces défis que ceux rencontrés pendant la pandémie, grâce à des investissements significatifs dans de nouveaux navires. Le paysage géopolitique continue de poser des menaces pour le commerce international, avec des problèmes en cours comme la sécheresse affectant le canal de Panama et les élections très surveillées à Taïwan. Ces facteurs ensemble soulignent la nature complexe et interconnectée du commerce maritime mondial, comme le rapporte La Presse, mettant en lumière la vulnérabilité de l’industrie aux tensions géopolitiques et l’importance de la planification stratégique et de l’investissement pour maintenir le flux du commerce international.

 

Vous aimerez peut-être aussi