Petit atelier, grands rêves

En grandissant dans le Lower Mainland de la Colombie-Britannique, à Cloverdale pour être exact, Scott Maguire observait son père. À la maison, il l’aidait à faire tout ce qui lui était possible, des rénovations au travail du bois. Plâtrier à l’origine (tout comme son grand-père), son père était surintendant sur des chantiers de construction. Son premier jeu d’outils lui vient également de ce dernier.

« Je n’y ai jamais pensé comme à une carrière, dit Maguire. Après le lycée, j’ai fait de la construction, j’ai construit des maisons juste pour payer l’école. » De fait, il a étudié pour devenir arpenteur-géomètre, et a travaillé à ce titre pendant une bonne quinzaine d’années. « Il m’a fallu un certain temps pour réaliser que ce n’était pas ma vocation, toujours à faire de petits projets de travail du bois et à suivre les rénovations. »

Maguire a trempé ses orteils dans les eaux du travail du bois en fabriquant et en vendant de plus petits articles, notamment des planches à découper, des planches à charcuterie, des étagères en bois récupéré et des tables basses. Ce n’est qu’aux alentours de Noël 2022 qu’il a décidé que ce serait une vocation à temps plein et qu’il a ouvert la Little Wood Shop Co. En 2023, il a lancé son site web, a officiellement commencé à faire du marketing sur les médias sociaux ,et s’est lancé dans l’entreprise à temps plein.

(Photo : Scott Maguire)

Sa compagnie étant toute récente, Scott Maguire est encore très actif dans le domaine des planches à découper, qui étaient un article très populaire à Noël. Il dit qu’il a l’intention de faire le tour des entreprises locales vendant des « articles artistiques » et de voir s’il peut vendre ses produits par ce biais.

« Il est difficile de gagner sa vie en se limitant à cela, alors j’essaie de continuer à faire des petits travaux de bricolage et de rénovation », ajoute-t-il. Et bien qu’il soit encore en train de pratiquer son métier, M. Maguire note qu’il a réalisé des travaux d’ébénisterie sur mesure dans diverses maisons. « C’est quelque chose que j’ai l’intention de faire. Mais mon atelier fait 7 pieds sur 9, alors c’est restrictif quant à ce que je peux réaliser pour le moment. »

Le bois canadien est le bois de choix de Little Shop

Maguire dit qu’il aime travailler avec du noyer et des érables, et d’autres bois provenant du Canada, ou du bois de récupération, sont ses matériaux préférés du fait de leur faible impact environnemental. « Parfois, j’utilise des bois durs exotiques comme le purpleheart et l’acajou. Cela dépend du projet, de la préférence du client ou de ses préoccupations en matière de protection des forêts du monde avec la foresterie durable. »

Lorsque les affaires le lui permettront, ajoute Maguire, il envisagera d’ouvrir un atelier plus grand. Il aime surtout s’occuper de projets personnalisés qui lui permettent de travailler en tête-à-tête avec ses clients pour déterminer exactement ce qu’ils veulent. « Je préfère faire des pièces personnelles, ou des pièces uniques, plutôt que 10 fois la même chose. » Dernièrement, il a également fabriqué des échiquiers, ce qu’il dit apprécier. Il a également effectué des livraisons jusqu’au Texas.

À l’heure actuelle, il passe d’une entreprise individuelle à une société, ce qui est également nouveau pour lui, à mesure qu’il développe et fait croître son entreprise. « Une fois que j’aurai mis en place la société, je suis ouvert à l’embauche de personnes si la société le permet. »

Bien qu’il ait perdu son père alors qu’il était un jeune adulte, Maguire dit qu’il peut sentir sa présence dans l’atelier, regardant par-dessus son épaule et le guidant. Tout comme son père, qui lui a montré les ficelles du métier, M. Maguire montre et enseigne maintenant à ses enfants certaines de ses compétences en menuiserie. Ses deux garçons voulaient leurs propres planches de charcuterie, et l’ont aidé à poncer et huiler les planches. « Lorsque nous regardons des films, c’est sur ces planches qu’ils prennent leur goûter », explique-t-il. M. Maguire explique probablement mieux sa passion par les mots qu’il a écrits sur son site Web : « Bien avant, déjà, que les souvenirs ne s’illuminent, le travail du bois est pour moi un endroit heureux où le stress et les problèmes du monde s’estompent, une coupe à la fois

Joel Kranc est un rédacteur, un écrivain et un professionnel de la communication chevronné plusieurs fois primé. Avec plus de 26 ans d’expérience, Joel a couvert une variété de sujets dans le domaine de la finance et du B2B. Il possède et gère sa propre société de création de contenu – Kranc Communications.

Vous aimerez peut-être aussi