Postes vacants au Canada

Statistics Canada

Les employeurs de tous les secteurs au Canada ont cherché à combler près d’un million de postes vacants au deuxième trimestre, soit le nombre trimestriel le plus élevé jamais enregistré. Les postes vacants ont augmenté de 4,7 % par rapport au premier trimestre et de 42,3 % par rapport au deuxième trimestre de 2021. Le taux de vacance d’emploi était de 5,7 % au deuxième trimestre, également un record historique. Depuis le premier trimestre de 2020, la croissance de la demande de main-d’œuvre (+4,2 %) a dépassé la croissance de l’emploi salarié (+1,7 %), ce qui a entraîné un nombre record d’emplois vacants.

Les salaires offerts augmentent moins que l’indice des prix à la consommation 

Le nombre record d’emplois vacants au cours des derniers mois a attiré l’attention sur la mesure dans laquelle la demande de travail non satisfaite était associée à des salaires plus élevés. Alors que l’enquête sur les forces de travail (EFT) fournit des informations sur les salaires des employés, l’enquête sur les vacances d’emploi et les salaires (EVE) comprend des informations sur les salaires offerts associés aux postes vacants. Dans l’ensemble, le salaire horaire moyen offert a augmenté de 5,3 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 24,05 $ au deuxième trimestre. Au cours de la même période, le salaire horaire moyen de tous les employés (mesuré dans l’EPA) a augmenté de 4,1 %. L’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 7,5 % au deuxième trimestre, par rapport au deuxième trimestre de 2021.

Les offres d’emploi en hausse dans six provinces

Sur une base désaisonnalisée, le nombre d’emplois vacants a augmenté dans six provinces entre le premier et le deuxième trimestre : Ontario (+6,6 %), Nouvelle-Écosse (+6 %), Colombie-Britannique (+5,6 %), Manitoba (+5,2 %), Alberta (+4,4 %) et Québec (+2,4 %). Le nombre de postes vacants a diminué au Nouveau-Brunswick (-6,1 %) et a peu varié dans les autres provinces.

Dans les régions économiques comptant plus de 10 000 postes vacants au deuxième trimestre, les augmentations les plus importantes du pourcentage de postes vacants par rapport au premier trimestre ont été enregistrées à Banff-Jasper-Rocky Mountain House et Athabasca-Grande Prairie-Peace River (+16,6 %) en Alberta, à Ottawa (+13,1 %) en Ontario et à Winnipeg (+10,8 %) au Manitoba.

Il y avait en moyenne 1,1 chômeur pour chaque poste vacant au deuxième trimestre, en baisse par rapport à 1,3 au premier trimestre. Alors qu’il y avait moins d’un chômeur pour chaque emploi vacant au deuxième trimestre de 2022 au Québec et en Colombie-Britannique, il y avait plus de trois chômeurs pour chaque emploi vacant à Terre-Neuve-et-Labrador. Un ratio plus faible indique un marché du travail plus serré et de possibles pénuries de main-d’œuvre.

Les emplois vacants ont peu changé dans le secteur de la fabrication

Sur une base désaisonnalisée, le nombre d’emplois vacants dans le secteur manufacturier au deuxième trimestre a peu varié par rapport à son niveau record respectif du trimestre précédent. Avec les soins de santé, l’assistance sociale, l’hébergement et les services de restauration, ces secteurs ont représenté 56,9 % de tous les postes vacants au Canada au deuxième trimestre.

L’étroitesse du marché du travail continue de poser des problèmes d’embauche

Le ratio des nouvelles embauches par rapport aux postes vacants peut servir d’indicateur des difficultés rencontrées par les employeurs pour pourvoir les postes vacants, un ratio plus faible suggérant un plus grand degré de difficulté et un processus d’embauche plus long. Les employeurs ont été confrontés à d’importantes difficultés d’embauche au cours du deuxième trimestre, avec 44 employés nouvellement embauchés pour 100 postes vacants. En comparaison, 113 nouvelles embauches pour 100 postes vacants au deuxième trimestre 2016.

Vous aimerez peut-être aussi