Rapport de la Banque Scotia : le Canada se dirige vers une récession

Le Canada entrer dans une récession technique au cours du premier semestre de l’année prochaine, selon Jean-François Perrault, premier vice-président et économiste en chef de la Banque Scotia.

« La baisse des prix des produits de base, l’incertitude élevée, la baisse de la valeur des actions et l’affaiblissement des États-Unis sont autant de facteur freinant la croissance », explique M. Perrault.

Une récession technique survient lorsqu’un pays connaît deux trimestres consécutifs de croissance négative du produit intérieur brut.

La Banque Scotia prévoit que la croissance ralentira à 0,6 % en 2023, contre 3,2 % cette année. Cela aura de sérieuses répercussions sur la trajectoire de hausse des taux de la banque centrale, selon M. Perrault.

« La Banque du Canada devra resserrer les taux à 4,25 % d’ici la fin de l’année et les maintenir à ce niveau pendant une bonne partie de 2023. »

Ce chiffre est beaucoup plus élevé que la précédente prévision de taux terminaux de la Banque Scotia, qui se situait à 3,75 %. Ce changement de point de vue reflète les mesures de soutien fiscal mises en place à l’échelle nationale et l’impact de la dépréciation rapide du dollar canadien.

La Banque Scotia prévoit également que l’inflation canadienne sera en moyenne de 6,9 % en 2022 et qu’elle ralentira à 3,9 % en 2023.

« Il est peu probable que la cible d’inflation de la Banque du Canada soit atteinte avant 2024, et on s’attend à ce qu’elle soit légèrement inférieure à la cible au cours du deuxième semestre de 2024 », déclare M. Perrault, ajoutant que les perspectives économiques mondiales continuent de dépendre essentiellement de l’inflation.

La Banque Scotia n’est pas la seule institution financière à prévoir que l’inflation restera élevée.

« Pour dire les choses simplement, l’inflation n’a pas diminué autant que prévu le mois dernier, même si les prix de l’essence ont baissé de manière significative », déclare Douglas Porter, économiste en chef de la Banque de Montréal.

« L’inflation de base reste très tenace et inflexible, à plus de 5 %. »

Au début du mois, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a réitéré son engagement à contenir l’inflation.

« On s’inquiétait du fait que plus l’inflation restait élevée, plus le risque de voir l’inflation élevée persister était grand. »

Du côté de la Banque Scotia, M. Perrault s’attend à ce que les États-Unis déclenchent la « petite récession ».

« Nous pensons maintenant que la Réserve fédérale devra relever son taux directeur à 5 % début 2023 », dit-il. « C’est 150 points de base de plus que notre dernière prévision. »

Vous aimerez peut-être aussi