S’adapter et prospérer

Sandra Wood

Propriétaire Harvey Boehlig, Rosehill Woodcrafters, basé à MacGregor, MB, a commencé en 1993 dans une vieille église. Au lieu de payer pour l’église, l’entreprise de Harvey a fabriqué tous les bancs de la nouvelle église. Avance rapide jusqu’à aujourd’hui, et cette entreprise familiale possède maintenant une installation de fabrication de 8 500 pieds carrés qui emploie 20 personnes et produit de deux à trois cuisines par jour, y compris des produits résidentiels sur mesure, des produits à logements multiples, et de la menuiserie préfabriquée. L’ancienne église sert maintenant de salle d’exposition et de bureau de 2 400 pieds carrés, et l’entreprise a ouvert une autre salle d’exposition à Winnipeg. 

Comme beaucoup d’entre nous, Harvey a beaucoup appris au cours de la dernière année sur le pouvoir d’Internet. L’entreprise d’Harvey s’est adaptée et ces efforts ont porté leurs fruits : les pistes en ligne ont augmenté de 300 % en un an ! 

Se concentrer sur le local 

Jetez un œil à ce que Rosehill publie sur les médias sociaux. Vous verrez des messages qui reprennent les valeurs de l’entreprise et des messages sur les produits des entreprises locales que vous pouvez acheter dans la salle d’exposition de Rosehill. Rosehill offre également ces articles en cadeau à ses clients. Nous avons demandé à Harvey pourquoi il avait adopté cette approche marketing et quel était son impact sur les affaires. 

ACAC : Nous vous avons vu promouvoir les artisans locaux et vendre leurs œuvres dans votre salle d’exposition ; pourquoi faites-vous cela et quelle est la réaction ? Cela fait-il une différence dans les pistes de vente ? 

Boehlig : Nous voulions présenter des produits locaux qui nous aideraient à mettre en scène nos expositions tout en aidant les petites entreprises. Une fois leur projet terminé, nous donnons aux clients un chèque-cadeau qu’ils peuvent utiliser dans notre salle d’exposition pour tout achat. En raison des restrictions imposées au Manitoba au cours des derniers mois, nous ne pouvions pas vendre d’articles non essentiels, de sorte que ces temps, pour la plupart, ne pouvaient pas être vendus. On ne s’attendait pas à ce que cela augmente considérablement nos ventes, car nous n’avons pas beaucoup d’achalandage comme un magasin de détail ordinaire, mais les clients semblaient aimer les produits que nous offrions. 

ACAC : À votre avis, qu’est-ce qui attire les clients chez vous ? 

Boehlig : Notre énoncé de mission est le suivant : nous fabriquons des armoires de haute qualité, nous défendons nos produits et nous cherchons à obtenir l’approbation et la satisfaction complètes de nos clients. Certains clients veulent acheter des produits fabriqués au Manitoba. Nous gérons notre entreprise avec intégrité et honnêteté envers nos clients, nos fournisseurs et nos employés. 

Êtes-vous sur TikTok ? 

ACAC : Avez-vous augmenté votre présence dans les médias sociaux ?

Boehlig : Oui, nous avons lentement fait plus que simplement avoir un site web et peut-être payer pour des mots publicitaires sur Google. Lorsque le premier verrouillage a eu lieu peu de temps après, nous venions d’exposer au Winnipeg Renovation Show, qui était notre plus grande source de nouveaux prospects ; nous avons commencé à consacrer beaucoup plus d’efforts à la présence et au contenu en ligne. Par exemple, mon responsable du marketing en ligne a réalisé une courte vidéo TikTok en 5 minutes un jour avant de partir pour le week-end. Elle a été visionnée près d’un demi-million de fois et 51 000 fois, et nous avons ensuite regardé les visites de notre site web, et elles ont également explosé ! 

ACAC : Quels types de ressources faut-il pour gérer vos canaux de médias sociaux ? 

Boehlig : Dans le passé, nous avons engagé des entreprises ou des particuliers pour mettre en place notre site web ou le contenu de nos médias sociaux, mais la plupart du temps, cela ne fonctionnait pas. À moins que vous n’ayez un gros budget à consacrer à une société de marketing, vous n’obtiendrez pas la traction que vous recherchez, d’après mon expérience. Lorsque la fermeture a commencé il y a un peu plus d’un an, j’ai changé le rôle de mon unique employé chargé des ventes et du marketing en ligne pour qu’il ne s’occupe que du marketing en ligne. Elle a reconstruit notre site web, programmé des publications, obtenu de nos employés du contenu pertinent à publier, et beaucoup d’autres choses qui nous aideraient à nous faire connaître. Elle s’occupe actuellement des ventes à temps partiel, car nous sommes débordés depuis que nos pistes en ligne ont augmenté de 300 % par rapport à l’année dernière ! 

Quelle est la priorité ? 

ACAC : Quelle priorité accorderiez-vous à votre site web par rapport à votre contenu sur les médias sociaux ? Par exemple, sont-ils aussi importants l’un que l’autre, ou l’un est-il plus important que l’autre ?

Boehlig : Il serait peut-être préférable de demander à mon responsable du marketing en ligne de répondre à cette question, mais je pense qu’il est important de garder le tout frais et à jour — sinon, il sera périmé, et vous ne profiterez pas de tout le reste du travail que vous faites — tout est lié d’une certaine façon en ligne. 

Nous avons donc demandé à la personne chargée du marketing en ligne ! 

Taylor Boehlig, responsable du marketing et des ventes pour Rosehill et fille de M. Boehlig, a été heureuse de nous donner son point de vue. 

Mlle Boehlig : Notre site web et les médias sociaux sont d’une grande valeur pour nos clients et pour nous ; pendant, je tiens à ce que nos médias sociaux soient constamment mis à jour. J’essaie de mettre à jour quelques éléments de notre site web au moins une fois par mois, et je veille toujours à poster des photos actualisées au fur et à mesure que nous les prenons. Un grand nombre de nos clients potentiels nous contactent par le biais de la page de contact de notre site web, et nous avons constamment un trafic élevé sur notre site web, il est donc crucial de le garder à jour.  

Avec les médias sociaux, si nous n’avons pas posté depuis un mois, les clients n’auront pas envie de nous suivre puisque nous fournissons régulièrement du contenu de qualité. Je programme tous nos messages sur les médias sociaux jusqu’à trois mois à l’avance, ce qui me permet de m’assurer que nous avons un nombre approprié de jours entre les messages ! Je vise toujours à publier deux à quatre messages par semaine, avec un contenu varié, afin de maintenir l’intérêt de nos abonnés sans les submerger par la fréquence de nos messages. 

Les médias sociaux nous permettent de toucher de nombreuses personnes qui n’auraient jamais entendu parler de nous, et je pense que Facebook, Instagram, et TikTok sont d’excellentes passerelles pour diriger les gens vers notre site web. 

Une alphabétisation accrue 

ACAC : Dans notre secteur, quel est le pourcentage de personnes ayant une meilleure connaissance des médias sociaux en ligne qu’avant COVID ? 

Mlle Boehlig : En ce qui concerne la présence des médias sociaux dans l’industrie de l’ébénisterie, je pense que de nombreuses entreprises ont commencé à utiliser les médias sociaux pour combattre ou tirer parti des effets que le COVID a eus sur les ventes, que ce soit un effet négatif ou positif. Avant le COVID, je ne me souviens pas avoir vu beaucoup d’entreprises d’ébénisterie se démarquer sur les médias sociaux. J’ai vu des entreprises passer à la vitesse supérieure depuis COVID. Nous avons toujours été actifs sur les médias sociaux, mais nous avons adopté une approche beaucoup plus ciblée l’année dernière. 

Les salons professionnels sont généralement le meilleur moyen de stimuler nos ventes. Cependant, sans cette exposition, nous avons décidé de trouver d’autres moyens de fournir à nos clients potentiels les informations précieuses qu’ils recherchent dans les salons professionnels. Les médias sociaux sont un outil utile, et avec les incertitudes du COVID et le moment où les choses reviendront à la « normale », je pense que de nombreuses entreprises vont commencer à en tirer parti ! 

Parcourez le site web de Rosehill, il est frais, navigable et les liens avec les médias sociaux sont clairs. Nous avons été ravis de voir Rosehill afficher son titre de certification obtenu par l’intermédiaire de l’ACAC, ce qui démontre une fois de plus son engagement envers l’assurance qualité. Nous souhaitons à Rosehill Woodcrafters un succès continu. 

Les membres de l’ACAC recherchent la qualité, le professionnalisme et l’innovation. Pour obtenir d’autres profils comme celui-ci et de nombreux autres avantages, songez à devenir membre de l’ACAC !

Sandra Wood est la directrice générale de l’ACAC. Elle aime « relier les points » et faciliter de solides occasions de réseautage pour engager les membres. Elle croit que les associations doivent favoriser des relations d’affaires solides, alimentées par une approche empathique et saine des affaires.

Vous aimerez peut-être aussi