Tendances des mises en chantier au Canada au premier trimestre 2024

Ce rapport examine les tendances des mises en chantier au Canada au cours du premier trimestre 2024, en se concentrant sur leur impact sur l’industrie de la transformation secondaire du bois. Nous analysons les changements dans la construction résidentielle, allant des maisons unifamiliales aux complexes multifamiliaux plus grands, pour comprendre comment ces évolutions affectent la demande de produits en bois.

Pour les parties prenantes telles que les fabricants d’armoires, les fabricants de meubles et les entreprises de menuiserie, il est crucial de suivre ces tendances. Cela les aide à anticiper la demande de matières premières et à ajuster efficacement leurs stratégies de production et de gestion des stocks. Notre objectif avec cette analyse est de fournir des informations claires et exploitables qui aideront ces entreprises à naviguer dans les fluctuations du marché et à prendre des décisions éclairées. De cette manière, elles pourront mieux aligner leurs stratégies opérationnelles avec les besoins évolutifs du secteur de la construction.

Mises en chantier au T1 2024

Au premier trimestre 2024, les mises en chantier au Canada ont montré une tendance dynamique mais fluctuante. Janvier a commencé avec un taux annualisé désaisonnalisé (TAAD) total de 223 589 unités, marquant une diminution de 10 % par rapport aux 248 968 unités de décembre 2023. Cette baisse s’est poursuivie en février, mais à un rythme plus lent, avant que la tendance ne s’inverse légèrement en mars, avec une reprise des mises en chantier, sans toutefois atteindre les sommets des mois précédents.

Comparativement, par rapport à la même période de l’année précédente, il y avait une variabilité notable. Par exemple, malgré une baisse mensuelle en janvier 2024, les données d’une année sur l’autre pour le même mois ont montré une augmentation de 13 % du nombre réel de mises en chantier dans les centres urbains de plus de 10 000 habitants, principalement due à une hausse des mises en chantier multifamiliales.

Les facteurs clés influençant ces tendances incluent les conditions économiques telles que les taux de croissance du PIB, les niveaux d’emploi et, surtout, les variations des taux d’intérêt qui sont étroitement liés aux activités du marché immobilier. Les politiques gouvernementales, en particulier celles liées au logement et au développement urbain, ont également joué un rôle significatif dans la formation de ces tendances.

Ces fluctuations sont représentées visuellement à travers des graphiques et des tableaux dans cette section, illustrant à la fois le TAAD mensuel et les mises en chantier réelles pour fournir une vue claire et complète des mouvements du marché. Cette représentation visuelle, couplée à une analyse statistique détaillée, offre une base solide pour comprendre l’état actuel du paysage des mises en chantier au Canada.

Impact sur l’industrie de la transformation secondaire du bois

Les fluctuations des mises en chantier au premier trimestre 2024 ont des implications directes pour l’industrie de la transformation secondaire du bois. Par exemple, l’augmentation robuste des mises en chantier multifamiliales, particulièrement dans les zones urbaines comme Toronto, est directement corrélée à une demande accrue de produits en bois utilisés dans la menuiserie et les armoires. Ces produits sont des composants essentiels des immeubles d’appartements et des condominiums, qui ont connu des hausses significatives de construction.

Inversement, la variabilité des mises en chantier de maisons individuelles affecte différemment la demande. Bien que ces mises en chantier nécessitent des travaux de menuiserie plus étendus pour chaque unité, comme des meubles sur mesure et des travaux de menuiserie élaborés, le ralentissement de mars met en évidence une diminution potentielle de la demande pour ces articles sur mesure. Par conséquent, les entreprises impliquées dans la fabrication de produits en bois pour les maisons individuelles pourraient avoir connu une baisse temporaire de la demande.

Au milieu de ces changements, plusieurs défis émergent, notamment les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la volatilité des prix du bois, qui peuvent avoir un impact significatif sur les coûts de production et les marges bénéficiaires. Par exemple, des augmentations soudaines des mises en chantier multifamiliales peuvent mettre à rude épreuve les approvisionnements en matières premières, entraînant des délais plus longs et des coûts accrus.

Cependant, ces défis présentent également des opportunités. Les fabricants de bois peuvent tirer parti des tendances des mises en chantier pour mieux prévoir la demande et ajuster en conséquence leurs stratégies de gestion des stocks. La diversification des lignes de produits pour inclure à la fois des composants pour des développements multifamiliaux à grand volume et des articles sur mesure pour les maisons individuelles peut également aider à stabiliser les flux de revenus.

En adaptant la planification de la production et en élargissant les offres de produits, les entreprises de l’industrie de la transformation secondaire du bois peuvent non seulement atténuer les risques associés à la volatilité du marché, mais aussi capitaliser sur les opportunités émergentes découlant des tendances évolutives des mises en chantier.

Aperçus régionaux et impacts spécifiques

L’analyse régionale des mises en chantier dans les principales villes canadiennes—Toronto, Vancouver et Montréal—révèle des tendances distinctes qui influencent de manière unique les industries locales de transformation secondaire du bois.

Toronto : La ville a connu une augmentation significative des mises en chantier, en particulier dans le secteur multifamilial, qui a grimpé de 179 % par rapport au trimestre précédent. Cette augmentation dramatique a renforcé la demande de produits en bois utilisés dans les bâtiments résidentiels multifamiliaux, tels que les panneaux de bois d’ingénierie et les composants en bois préfabriqués. Les fabricants de bois locaux ont répondu en augmentant leurs capacités de production pour répondre à la demande croissante, en naviguant dans des défis tels que les retards de la chaîne d’approvisionnement et les pénuries de matières premières dues à la consommation accrue.

 

Vancouver : Contrairement à Toronto, Vancouver a connu une tendance mixte avec une baisse notable de 55 % des mises en chantier multifamiliales au début du trimestre, suivie d’une reprise. Cette volatilité a créé de l’incertitude pour les fabricants de bois, impactant leur gestion des stocks et leur planification de la production. Malgré ces défis, la demande pour des produits en bois de luxe reste robuste, tirée par le marché des maisons individuelles haut de gamme de Vancouver, qui nécessite des travaux de menuiserie sur mesure et des finitions de haute qualité.

 

Montréal : Les mises en chantier à Montréal ont montré une diminution modérée, affectant particulièrement le segment multifamilial. Cela a conduit à une demande réduite pour des produits en bois produits en masse comme le bois d’œuvre de charpente et le contreplaqué. Cependant, cette baisse a également ouvert des opportunités pour les fabricants de bois d’explorer des marchés de niche, tels que la rénovation et la modernisation des unités de logement existantes, qui peuvent être moins sensibles aux fluctuations du marché du logement neuf.

Ces disparités régionales soulignent la nécessité pour les fabricants de bois de rester agiles, en adaptant leurs stratégies commerciales pour s’aligner sur les conditions du marché local et les tendances de construction. En tirant parti des aperçus régionaux, les entreprises peuvent mieux se positionner pour profiter des fluctuations de la demande locale, en optimisant leurs opérations pour répondre aux besoins spécifiques du marché tout en atténuant les risques associés à la variabilité économique régionale.

Perspectives d’avenir et recommandations stratégiques

En regardant vers 2024-2026, le paysage des mises en chantier devrait naviguer à travers des périodes de contraction suivies de reprises. Initialement, le marché pourrait faire face à un ralentissement en 2024, principalement en raison des effets résiduels des taux d’intérêt élevés. Une reprise est attendue dans les années suivantes à mesure que ces taux se stabilisent et que des politiques gouvernementales de soutien entrent en vigueur, stimulant l’activité de construction.

Recommandations stratégiques :

  1. Élargir les opérations : La flexibilité des opérations sera cruciale. Pour les régions connaissant une croissance, telles que celles avec une augmentation de la construction multifamiliale, les entreprises devraient envisager d’étendre leurs capacités de production. À l’inverse, dans les régions se préparant à un ralentissement, il serait judicieux de rationaliser les opérations pour maintenir l’efficacité et minimiser les coûts.
  2. Exploiter la technologie : La mise en œuvre de technologies de fabrication avancées telles que les machines CNC et l’automatisation peut considérablement améliorer l’efficacité, réduire les déchets et accroître l’adaptabilité aux demandes changeantes du marché. Cet investissement stratégique améliore non seulement l’efficacité opérationnelle, mais positionne également les entreprises pour s’adapter rapidement aux changements du marché.
  3. Diversification : Diversifier les offres de produits peut atténuer les risques associés à la nature cyclique du marché du logement. Explorer les opportunités dans les secteurs de la construction commerciale ou de la rénovation peut fournir une demande plus stable pendant les ralentissements du marché résidentiel.

Impact des politiques : Les politiques gouvernementales devraient influencer de manière significative l’industrie de la construction. Les initiatives à venir visant à promouvoir le logement abordable ou les pratiques de construction durable devraient stimuler la demande pour certains produits en bois, tels que le bois certifié durable ou des matériaux innovants comme le bois lamellé-croisé. Rester au courant de ces politiques et participer à la défense des intérêts de l’industrie peut aider les entreprises à s’aligner sur les tendances émergentes et à influencer les décisions politiques affectant le secteur.

L’avenir du marché du logement et son impact sur l’industrie de la transformation secondaire du bois repose sur une interaction complexe entre les forces du marché et les décisions politiques. En adaptant stratégiquement les opérations, en investissant dans la technologie et en diversifiant les lignes de produits, les entreprises peuvent non seulement survivre mais prospérer dans ce paysage en évolution. Garder un œil attentif sur les politiques gouvernementales et les indicateurs économiques sera également essentiel pour une planification stratégique opportune et efficace.

Tyler Holt is the Editor of Wood Industry / Le monde du bois magazine. He has a master’s degree in literature and publication, and years of experience in the publishing and digital media industry. His main area of study is the effect of digital technologies on industrial and networked production.

Vous aimerez peut-être aussi