Un diplôme de troisième cycle gagnent des salaires plus élevés

Katherine Wall

Les programmes collégiaux d’obtention de diplômes de troisième cycle — qui exigent généralement un diplôme postsecondaire antérieur comme condition préalable à l’entrée et visent à fournir des compétences spécifiques à une carrière — ont gagné en popularité, représentant 13 % de tous les diplômes collégiaux en 2019, soit plus du double de la part (6 %) enregistrée cinq ans auparavant en 2014.

Une nouvelle étude, intitulée « La popularité croissante des programmes d’études collégiales post-diplômes au Canada », fait la lumière sur les résultats des étudiants issus de ces programmes en ce qui concerne les taux d’obtention de diplôme, la transition vers la résidence permanente et les revenus après l’obtention du diplôme.

Parmi les étudiants canadiens, les certificats collégiaux de troisième cycle étaient associés à des revenus nettement plus élevés que les certificats et diplômes collégiaux non diplômés, avec un écart de plus de 15 000 $ pour les femmes et d’un peu moins de 8 000 $ pour les hommes entre les deux types de titres de compétences quatre ans après l’obtention du diplôme.

Les étudiantes canadiennes qui ont obtenu des titres de compétences collégiaux de troisième cycle avaient, quatre ans après l’obtention de leur diplôme, des revenus similaires (50 000 $) à ceux des titulaires d’un baccalauréat (49 000 $). Les hommes qui ont obtenu un diplôme collégial de deuxième cycle gagnaient en moyenne 54 000 $ quatre ans après l’obtention de leur diplôme, soit environ 6 000 $ de moins que les hommes titulaires d’un baccalauréat. L’écart chez les hommes peut s’expliquer par le fait que les hommes titulaires d’un baccalauréat sont plus susceptibles d’étudier dans des domaines plus rémunérateurs, comme l’ingénierie.

Les étudiants qui ont obtenu un titre collégial de deuxième cycle en 2015 avaient des revenus salariaux quatre ans après l’obtention de leur diplôme qui était plus élevé que ceux qui avaient un certificat ou un diplôme collégial de deuxième cycle, mais plus faibles que ceux qui avaient un baccalauréat. C’était le cas tant pour les étudiants canadiens que pour les étudiants étrangers. Les étudiants canadiens gagnaient, en moyenne, 39 000 $ avec un certificat ou un diplôme collégial non postdoctoral, 51 000 $ avec un certificat ou un diplôme collégial postdoctoral et 53 000 $ avec un baccalauréat.

Vous aimerez peut-être aussi