Un total de 27,5 millions de dollars pour transformer la biomasse ligneuse en énergie renouvelable

Vance Badawey, secrétaire parlementaire de la Ministre des Services aux Autochtones et député de Niagara-Centre, a annoncé au nom de l’honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Ressources naturelles un investissement fédéral de 4,9 millions de dollars en faveur de CHAR Technologies Thorold Inc, une installation de transformation de la biomasse ligneuse en énergie renouvelable située à Thorold, en Ontario. Ce montant s’ajoute à la somme de 1,5 million de dollars fournie par FederalDev Ontario, portant le total de l’investissement fédéral actuel dans ce projet à 6,4 millions de dollars.

Ce projet est soutenu par le programme Investments in Forest Industry Transformation (ITFI) de Ressources Naturelles Canada, par le Fonds pour l’emploi et la croissance de FedDev Ontario, et par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario. Incluant l’investissement du CHAR, le montant alloué à ce projet est de 27,5 millions de dollars.

« Le gouvernement du Canada s’est engagé à soutenir les entreprises à l’avant-garde du développement de solutions novatrices et propres afin d’aider les Canadiens à bâtir un avenir plus vert pour leurs familles », a déclaré l’honorable Filomena Tassi, ministre de l’Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l’Ontario. « Grâce à des investissements comme celui d’aujourd’hui pour CHAR Technologies Thorold Inc, nous créons des emplois qualifiés et contribuons à une croissance économique canadienne plus propre et plus verte. »

L’installation de CHAR à Thorold fera démonstration d’une solution inédite de conversion de la biomasse ligneuse sous-exploitée en précieux bioproduits, dont le biocarbone et le gaz naturel renouvelable (GNR), qui pourront être utilisés dans un proche avenir pour produire de l’hydrogène. Ceci contribuera au remplacement de l’utilisation de combustibles fossiles pour les gros émetteurs comme les aciéries, les exploitations minières et les usines de pâte à papier, soutenant ainsi la décarbonisation de l’industrie canadienne.

Lorsqu’elle sera commercialement opérationnelle, l’installation détournera 75 000 tonnes de biomasse ligneuse de l’enfouissement ou du brûlage, générer parallèlement 500 000 gigajoules de GNR et 10 000 tonnes de biocarbone par an.

À mesure que les installations industrielles s’éloignent des sources de combustibles fossiles, les ressources forestières du Canada ont le potentiel de stimuler une croissance économique à faible émission de carbone tout en créant des emplois durables. La production de bioproduits renouvelables à partir de la biomasse ligneuse à faible valeur offre la possibilité de minimiser la production de déchets dans le secteur forestier, tout en réduisant ces émissions.

Vous aimerez peut-être aussi