Une industrie plus forte grâce au partenariat et à la collaboration

Grace Tatigian

La concurrence entre les petites entreprises indépendantes est des plus vives. Alain Albert, fondateur de Woodoer, a travaillé comme consultant pendant des années ce qui lui a donné l’occasion de visiter des ébénistes dans tout le pays.

« Chacun avait ses petits secrets, et ils étaient tous les mêmes, dit-il. Tout le monde a peur de collaborer parce qu’ils craignent de perdre des contrats, mais c’est exactement ce qui fait la faiblesse de notre industrie. »

Et même si les propriétaires d’entreprise hésitent encore à échanger directement avec leurs concurrents, d’autres partenariats peuvent se former. Sandra Wood directrice générale de l’Association canadienne des fabricants d’armoires de cuisine (ACAC) est bien d’accord là-dessus, c’est pourquoi elle donne l’exemple. Elle croit fermement que « l’unité fait la force ». La petite, mais puissante organisation d’environ 200 membres s’est associée en 2019 à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Cela a permis aux membres de l’ACAC d’être membres à part entière de la FCEI — en fait une double adhésion. Cette alliance est arrivée au bon moment. Durant les 12 premiers mois de la pandémie, la FCEI a fourni un soutien inégalé, répondant à plus de 80 000 appels de ses 95 000 membres.

« Quatre-vingt-dix pour cent des appels concernaient la COVID-19 », déclare Michael Kirwin, premier vice-président du développement commercial de la FCEI. « Nous avions aussi des séminaires hebdomadaires de 2000 places qui affichaient tous complet. »

Qu’il s’agisse de conformité gouvernementale ou de questions de RH, ou encore de soutien et de services pendant la pandémie, la FCEI est devenue une ressource indispensable pour les propriétaires de petites entreprises, dont les membres de l’ACAC.

Les avantages considérables de ce partenariat ont conduit l’ACAC à former cette année un nouveau partenariat avec Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ)  , une autre association qui a joué un rôle déterminant dans l’aide aux petites entreprises en cette période sans précédent. MEQ et la FCEI ont toutes deux fait du lobbying pour obtenir la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSE), qui a aidé de nombreuses entreprises à poursuivre leurs activités.

Lorsque les gens pensent à adhérer à des associations, ils pensent généralement à des séminaires, à des ateliers et à des événements, mais une expertise et une représentation comme celles-là rendent ces associations inestimables. Si le fait de diriger une entreprise indépendante ou familiale permet une certaine liberté en termes de prise de décision, cela signifie que les propriétaires ne disposent pas nécessairement des mêmes ressources que les grandes entreprises. Faire partie d’associations professionnelles nationales ou régionales comme celles-ci peut changer la donne pour les petites entreprises.

« Les cotisations des membres sont essentiellement un moyen d’appuyer une cause, de soutenir son propre secteur ; c’est comme investir dans soi-même », déclare Matt Poirier, directeur de la politique commerciale de MEQ. « Même si les entreprises d’un même secteur sont concurrentes, elles ont aussi des problèmes collectifs. »

Grâce à ce partenariat, les membres de l’ACAC ont accès à tous les programmes des membres du MEQ.

« Oui, la défense des intérêts est très importante et nous ouvre des portes parce que notre voix est plus forte grâce à ces partenariats, mais elle permet aussi à nos membres d’avoir accès à plus de services en étant membres de l’ACAC », dit Mme Wood.

Et les associations professionnelles comme MEQ et la FCEI peuvent fournir des conseils d’experts aux entreprises qui ont des questions relatives à la législation, à la santé, à la sécurité ou aux médias sociaux. Adhérer à une association est un excellent moyen de bénéficier de ressources et de trouver d’autres entreprises avec lesquelles s’associer dans tout le pays, ce qui peut être moins intimidant que d’aborder un concurrent local.

« Nous avons besoin d’une collaboration nationale, conclut Mme Wood. Et c’est un moyen pour nous de faire des liens pour nos membres. Nous espérons nous engager dans d’autres partenariats à l’avenir. »

Vous aimerez peut-être aussi